mercredi 7 août 2013

Janny PERJEANNE une Troyenne oubliée

Le Toquat et Janny PERJEANNE

Tricentenaire de la naissance de Dom Perignon
Champagne et champenoise
Dessiné par André Spitz
Gravé par Antonin Delzers 

D'après les philatélistes consultés, il est rare qu'une personne soit "gravée" sur timbre de son vivant.
http://www.phil-ouest.com/Images/Vide.gif
L'actrice et artiste lyrique champenoise, Janny Perjeanne (1882-1965) a servi de modèle pour ce timbre vêtue en champenoise et coiffée du toquat, coiffe traditionnelle de la région de Troyes et de Champagne, une flute de champagne à la main, célèbre le tricentenaire de la naissance de Dom Perignon qui améliora les techniques de vinification de la Clairette de Die puis plus tard celles du vin de Champagne.
Jany Perjeanne a eu une carrière de chansonnière au théâtre de la Gaité-Montparnasse où elle fut proclamée la «muse de Montparno».
 

Janny PERJEANNE (née à Troyes en1882 - décédée en1965) de son vrai nom Jeanne PIERRE 

 Cette actrice et chanteuse née en 1882 coiffée du traditionnel Toquat célébrait en 1938, à l’âge de 56 ans, le tricentenaire de Dom Pérignon, une flute de Champagne à la main. Ce pétillant breuvage lui assura longévité puisqu’elle ne s’éteignit qu’en 1965, âgée de 83 ans. 
Le Toquat est une coiffe féminine ancienne de la région troyenne, portée les dimanches et les jours de fêtes. La période de son apogée se situe dans la première moitié du XIXe siècle. Son aire géographique recouvrait la région troyenne ainsi que le sud de la plaine de Troyes (Lusigny, Montaulin etc.).
Originellement le Toquat (ou Tocat) semble une évolution du petit bonnet simple dont les bardes et les dentelles ont commencé à s’allonger à la fin du XVIIIe siècle. Ces bardes furent remontées par la suite à l’arrière de la coiffe.
La vallée de la Seine et la région des Riceys du sud de l’Aube dans les vignobles possédaient encore à la fin du XIXe siècle, ces sortes de bonnets simples aux belles grandes bardes qu’on attachait sur le dessus ou à l’arrière de la coiffe.
Ce qui caractérisa le Toquat de la région troyenne, ce fut au début du XIXe siècle, la fixation avec quelques épingles seulement de ces barbes relevées à l’arrière sur des fils de laiton de chapellerie et le grandissement extraordinaire du ruban qui à ce moment devient un élément purement décoratif, destiné à être vu par transparence à travers la dentelle de Valenciennes.
Le tout était monté sur une cale rigide, faite souvent de singalette en plusieurs couches, recouverte de voile de coton sur laquelle étaient fixés les laitons.
Les vielles et les adolescentes avaient par contre des Toquats de moindre hauteur dont les barbes assez longues n’étaient pas relevées et retombaient sur les épaules.
Naquit aussi le petit Toquat rond sous la restauration semble-t-il, Toquat ou les barbes n’existaient plus.
La couleur des rubans indiquait la position de celles qui portaient le toquat. Ils étaient : bleu clairs, rose orange, ou rouges pour les jeunes filles ; bleu foncé pour les femmes mariées ; jaune pour les servantes ; blanc pour le veuves.
Les tableaux du peintre VALTON (visibles au musée historique de la champagne méridionale à Troyes) et les gravures de Charles FICHOT montrent bien les détails de cette magnifique coiffe.

 Le Toquat est encore porté aujourd’hui par le groupe folklorique : « Jeune Champagne » de Troyes.

http://jeunechampagne.free.fr/ 

Aucun commentaire: