mercredi 18 juin 2014

Le Rapt d'Auguste SUCHETET - Troyes

Le Rapt, groupe réalisé en marbre, Salon de 1903. La ville de Paris fit l’acquisition du groupe en plâtre et passa la commande en marbre. En 1907, Auguste Suchetet fit exécuter, pour la ville de Troyes une réplique en bronze qui fut érigée square de la Préfecture. En 1942, la statue fut démontée par les troupes allemandes pour être fondue, puis en 1949, la ville de Paris céda à la ville de Troyes le groupe en marbre qu’elle possédait.
Le Rapt, enlèvement d'une belle naïade par un brutal triton, fait plus qu'aucune autre sculpture monumentale, partie du paysage troyen, surtout depuis son récent séjour à proximité de l'hôtel de ville, le temps des travaux du parking souterrain. La naïade éplorée se débat de nouveau, place de la Libération. Mais le triton et son ondine n'ont pas toujours fait l'unanimité. Son emplacement non plus.
Un cadeau de Suchetet
Tout commence en 1907. Alors que la municipalité projette l'aménagement d'un square face à la préfecture, Auguste Suchetet propose à la Ville une copie en bronze de son œuvre.
Il a créé ce groupe de statues de 1900 à 1902, alors qu'âgé de 45 ans, il bénéficie à Paris d'une renommée qui lui évite enfin les soucis matériels. Le modelage en plâtre du Rapt fait sa première apparition en public, au Salon de 1903.
De l'avis général, il mériterait, dans une version définitive en marbre, de concourir pour la médaille d'honneur. Au Salon de 1907, l'œuvre passe de peu à côté de la médaille mais reste exposé au Petit Palais. Le sujet n'est pas d'une folle originalité. Les enlèvements de naïades courent les rues de l'histoire de l'art. C'est la composition tout en hauteur et « la tournure nouvelle » de l'interprétation qui ont été applaudies par les critiques. À la différence de beaucoup d'autres, la naïade de Suchetet ne joue pas la fausse pudeur. Elle lutte de toutes ses forces contre le dieu marin, lui écrasant le visage, se cambrant et jouant joliment des hanches pour desserrer l'étreinte. Mais le triton ne lâche rien.
Suchetet propose aux Troyens Le Rapt en version de bronze pour 15 000 F, un prix jugé « cadeau ». La vente est signée le 6 juillet 1907 par le maire de l'époque, Louis Mony, qui envisage d'installer le groupe de statues dans la cour intérieure de l'hôtel de ville. Suchetet ne veut rien savoir : c'est le jardin de la préfecture ou rien. Louis Mony suggère une alternative : le jardin du Rocher. Suchetet, doté d'un caractère bien trempé, refuse.
Vainqueur des élections municipales de 1908, Charles Lemblin-Armand se montre tout acquis aux souhaits du sculpteur. D'abord, il compte développer le quartier de la préfecture ; ensuite, il considère que poser Le Rapt sous les fenêtres du préfet et du conseil général est le meilleur moyen d'obtenir des subventions pour l'aménagement de la place et du square : pavement, construction du bassin, achat de neuf candélabres et d'une clôture.
Trop nue et impudique
Arrivé à Troyes en juillet 1908, Le Rapt doit patienter dans une ancienne usine du quai La Fontaine. Les palabres se prolongent pendant… quatre ans. Aux dissensions financières succèdent les dilemmes sur la nature de la pierre du bassin : Étrochey ou Cerisey ? C'est seulement en 1912 que le triton et sa naïade peuvent enfin s'ébattre au cœur du nouveau jardin. L'accueil troyen est mitigé. Le journaliste Chanterelle salue « une œuvre grandiose, de conception géniale ».
Pour d'autres, la scène est trop crue, la naïade trop nue, trop impudique. Vulgaire ! L'œuvre fait scandale. Mais Auguste Suchetet ne cède pas : il n'ajoutera aucune feuille de vigne ! L'habitude aidant, la sauvageonne ondine gagna l'affection des Troyens. Une nouvelle polémique se fait jour en 1925 quand la Ville installe des jets d'eau sortant du gosier de quatre grenouilles. L'artiste tempête, dénonçant un choix de mauvais goût. Comment ses statues marines peuvent-elles s'accommoder de batraciens « animaux lourds et sans distinction » des mares et des fossés ?
Son œuvre connut bien pire. En 1942, la naïade et son triton succombèrent à une agression irrémédiable. Le Rapt fut enlevé par les Allemands pour être transformé en obus. Tous les bronzes des jardins publics avaient été recensés.
Le marbre de Paris
Avec ses 870 kg de bronze, le groupe de Suchetet arrivait en tête de liste. Le 22 janvier, une entreprise de charpente fut réquisitionnée pour désocler la monumentale statue. Malgré l'interdiction permanente de prendre des photos, un Troyen fixa la scène… Après une nuit d'effondrement dans le bassin enneigé, Le Rapt disparut. À jamais.
Après la guerre, à l'heure de la reconstruction, Troyes demanda à Paris les conditions dans lesquelles elle pourrait acquérir le marbre conservé au Petit Palais. La requête ne pouvait pas mieux tomber. Au sein du musée parisien, Le Rapt était devenu encombrant et passé de mode… C'est sans aucune contrepartie financière que Troyes récupéra Le Rapt, dans sa version en marbre. À la veille de Noël 1949, il retrouva son socle, son bassin et son jardin. Belle histoire, non ?
Arrivé à Troyes en juillet 1908, le groupe de bronze dut patienter quatre ans…
Merci à L'Est Eclair


dimanche 15 juin 2014

ROYAL HÔTEL Troyes - Crossing France

TROYES ROYAL HOTEL BRITISH SWISS ROAD PUBLICITE

Carte postale éditée par le ROYAL HÔTEL, 

imprimerie de la Renaissance Troyes


samedi 14 juin 2014

BARBEREY près TROYES - Hyper Marché Mammouth

Mammouth était une enseigne d'hypermarchés française appartenant au groupe Docks de France. En 1996, Docks de France est racheté par le groupe Auchan, l'enseigne Mammouth disparaît ensuite progressivement et ferma son dernier hypermarché en 2009. (Wikipedia)
Son slogan « Mammouth écrase les prix » a permis à Coluche d'en faire une contrepèterie, « Mamie écrase les prouts » (même source)

1969 : Ouverture du 1er hypermarché Mammouth, à Barberey-Saint-Sulpice près de Troyes (Aube), créé par Paridoc.